Réseau scientifique de recherche et de publication

[TERRA- Quotidien]
Accueil > Index > Auteurs > Agier Michel

Michel Agier

Michel Agier est ethnologue et anthropologue, Directeur de recherche à l’IRD et Directeur d’Etudes à l’EHESS. Ses recherches portent sur les relations entre la mondialisation humaine, les conditions et lieux de l’exil, et la formation de nouveaux contextes urbains.


Adresse postale :
CEAf - EHESS
96 Bd Raspail
75006 Paris

Téléphone :
01 53 63 56 46

Email : agier@ehess.fr Site Web de Michel AGIER au Centre d’Etudes Africaines (CEAf - EHESS)

Fiche auteur détaillée

Michel Agier est membre de l'Équipe Éditoriale de TERRA

Publications

Ouvrages

- 2010 (avec Sara Prestianni), « Je me suis réfugié là ! » Bords de routes en exil, Paris, éditions donner lieu (sortie novembre 2010).

- 2009, Esquisses d’une anthropologie de la ville. Lieux, situations, mouvements, Louvain-la-neuve, Academia-Bruylant, 160 p. (traduction portugaise : Esboços de uma antropologia da cidade, São Paulo, editora Terceiro Nome, sortie novembre 2010).

Au moment où la ville, dit-on, se "défait", le regard anthropologique s’avère plus nécessaire que jamais pour retrouver, sans préjugé ni modèle a priori, les genèses et les processus recréant sans cesse et partout l’espace partagé de la ville. Michel Agier a enquêté pendant plusieurs années dans les quartiers périphériques, les établissements précaires et les campements, en Afrique noire, en Amérique latine et plus récemment en Europe. Sur la base de cet ancrage ethnographique, il propose des pistes pour répondre à la question du "faire ville" aujourd’hui. À partir de trois entrées ou "esquisses" distinctes et convergentes – les savoirs (La ville des anthropologues), les espaces (La ville à l’œuvre) et les situations (La ville en mouvements) −, l’ouvrage défend la possibilité et l’utilité pour tous (habitants, concepteurs, observateurs et réformateurs) d’une conception anthropologique de la ville.

- 2008, Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, 350 p (traduction anglaise : Managing the Undesirables. Refugee Camps and Humanitarian Government, Cambridge, Polity Press, 300 p., sortie octobre 2010) (à lire sur TERRA : le sommaire, l’introduction et l’entretien avec l’auteur en texte intégral).

Selon les chiffres officiels, cinquante millions de personnes dans le monde sont « victimes de déplacements forcés » : réfugiés, demandeurs d’asile, sinistrés, tolérés, déplacés internes…, les catégories d’exclus se multiplient, mais combien d’autres sont ignorées : retenus, déboutés, clandestins, expulsés… Face à ce drame, l’action humanitaire s’impose toujours plus comme la seule réponse possible. Sur le terrain, pourtant, le « dispositif » mis en place rappelle la logique totalitaire : permanence de la catastrophe, urgence sans fin, mise à l’écart des « indésirables », dispense de soins conditionnée par le contrôle, le filtrage, le confinement ! Comment interpréter cette trouble intelligence entre la main qui soigne et la main qui frappe ? Après sept années d’enquête dans les camps, principalement africains, l’auteur révèle leur « inquiétante ambiguïté » et souligne qu’il est impératif de prendre en compte les formes de contestations et de détournements qui transforment les camps, les mettent en tension, en font parfois des villes et permettent l’émergence de sujets politiques. Une critique radicale des fondements, des contextes et des effets politiques de l’action humanitaire.

- 2005, Salvador de Bahia : Rome noire, ville métisse, avec des photos de Christian Cravo, Paris, Autrement, 160 p. (Monde/Photos).

Salvador de Bahia est née au XVIe siècle, sous le signe de tous les dieux, de tous les mélanges et de toutes les violences. Dieux, saints et esprits venus de trois continents. Mélange des corps, des croyances et des mœurs. Violences de la conquête et de la domination des colons. Aujourd’hui, Bahia est synonyme d’insouciance et d’exotisme. On persiste à penser au Brésil, et hors du Brésil plus encore, que rien ne change à Bahia. Immobile et cordiale, ville du sourire et de la paresse, Bahia vivrait sous l’enchantement de ses 150 églises. Bien sûr, ce sont des images. Elles font partie de ce que les gens de Bahia pensent de leur ville. Elles sont inscrites dans ce que tous, Bahianais et touristes, Brésiliens ou étrangers, Baianas et Baianos d’adoption et de passion pensent de Bahia : la ville la plus noire et la plus chantante du Brésil, qu’une de ses augustes prêtresses du candomblé, Mae Aninha, appela, au début du XXe siècle, la "Rome noire", Roma negra, la ville sainte des noirs. Et pourtant, Salvador est, de toutes les grandes villes du Brésil, celle où la part de la population déclarée métisse est la plus importante. À vouloir rendre plus compréhensible cet imaginaire qui refonde Salvador de Bahia à chaque nouvelle découverte, à vouloir décrire les laideurs autant que la beauté des métissages qui ont fait la ville, sans chercher à défendre une vérité plutôt qu’une autre, nous risquons fort d’ôter à cette image vivante un peu de son mystère enchanteur. Au moins la majestueuse "Mère de toutes les villes du Brésil" deviendra-t-elle plus proche et, ainsi, un peu plus vraie.

- 2004, La sagesse de l’ethnologue, Paris, L’Œil neuf Éditions, 2004, 112 p.

Tout ce que fait l’ethnologue a une double dimension. L’une est minutieuse, le détail est son ami, la moindre différence l’intéresse. Il enquête sur les relations sociales, les systèmes de parenté. Il cherche à comprendre les moteurs de la mémoire, de l’oubli, du secret. Les peines, les joies, les interrogations des gens qu’il rencontre, et surtout leurs réponses, constituent la base et la « matière » de sa réflexion. L’ethnologue fait sa récolte en remuant la terre séchée des évidences : son savoir-faire a quelque chose du paysan, de l’artisan ; le « terrain » est comme la terre, il se malaxe, se triture, on le « sent » et on le « travaille ». Et voici l’autre dimension de son métier : tout ce qu’il apprend là-bas, l’ethnologue le montre ici. Il le ramène pour comparer, rapprocher, faire dialoguer, montrer ce qu’il y a de commun dans ce monde de différences. C’est ce qui fait de lui un anthropologue : sa recherche vise à construire un savoir sur l’humain, de portée universelle.

- 2002, Aux bords du monde, les réfugiés, Paris, Flammarion, 2002, 187 p. (traduction anglaise : On the Margins of the World, Cambridge, Polity Press, 118 p., 2008).

Cinquante millions de personnes dans le monde son victimes de déplacements forcés, provoqués par les guerres et le violence. C’est tout un " pays " qui se crée, une population définie par le seul qualificatif de " victime " et réduite à un seul impératif, son maintien en vie hors de chez elle. Réfugiés afghans, déplacés colombiens, déportés rwandais, refoulés congolais, Tchétchènes, Somaliens, ils ont connu les massacres, la terreur et l’exode. Puis les camps, l’assistance humanitaire et l’attente interminable. Ils sont les emblèmes d’une nouvelle condition humaine qui se forme et se fixe au loin, sur les bords du monde. Ce livre voudrait donner à comprendre le processus, actuel, de mise en quarantaine d’une partie de notre planète, et décrire ce qui se passe, ce qui est vécu : parler des souffrances, mais critiquer la victimisation dont les réfugiés sont l’objet. Montrer l’ambiguïté et la souillure des identités formées dans et par les guerres sales, mais aussi l’action qui permet aux réfugiés et aux déplacés de retrouver dans le camp même une place sociale, une humanité.

Organisation de dossiers collectifs

2007, Terrains d’asiles. Refugiés, déplacés, sans-papiers face aux dispositifs de contrôle et d’assistance, Asylon(s), Revue en ligne du réseau scientifique TERRA, Paris, novembre 2007, n°2.

2002, Les mots du discours afro-brésilien en débat, Paris, Éd. de la MSH, Cahiers du Brésil contemporain, 2002, n°49-50. Sommaire

Articles

2010 - « Un dimanche à Kissidougou. L’humanitaire et l’Afrique, du postcolonial au global », Cahiers d’Etudes Africaines, n° 196-199, novembre 2010.

2010 − “Humanity as an Identity and its Political Effects. A Note on Camps and Humanitarian Government” , Humanity, University of Pennsylvania Press, n° 1, oct. 2010.

2010 – “Il silenzio e la parola. Inchiesta sulle testimonianze dei rifugiati nei campi africaini », Studi culturali, Bologna, ed. Mulino, Anno VII, n°1, aprile 2010, p. 3-14.

2009 – “The Ghetto, the Hyperghetto and the Fragmentation of the World”, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 33, n°3, p. 854-857.

2008 – « Quel temps aujourd’hui en ces lieux incertains ? », L’Homme, n° 185-186 (L’anthropologue et le contemporain. Autour de Marc Augé), p. 105-120 [article republié dans Les mondes de la mobilité, Françoise Dureau et Marie-Antroinette Hily (dir.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 161-174].

2008- “L’Afrique en France après le discours de Dakar”, Vacarme, Paris, 2008, n°42, p.79-81.

2007 - “Libéria 2007 : la guerre est finie ? Notes d’enquête sur le retour des réfugiés”, Vacarme, Paris, 2007, n°40, p. 58-62.

2007 - “Z comme Zonage”, Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère, numéro double (Abécédaire de l’anthropologie de l’architecture et de la ville, sous la dir. de Ph. Bonin et A. De Biase), Paris, mars 2007, n°20-21, p. 181-184.

2006 - Protéger les sans-État ou contrôler les indésirables : où en est le HCR ?, Politique africaine, Paris, octobre 2006, n°103, p. 101-105.

2005 - « Le son de la guerre. Expériences africaines de l’errance, des frontières et des camps », Politix, Revue des sciences sociales du politique, n°69, p. 83-99. http://www.cairn.info/revue-politix-2005-1-page-83.htm

2006 – « Zwischen Krieg und Stadt », Stadt Bauwelt (Berlin), n°172, p. 50-57 : http://www.bauwelt.de/download/1004...

2005 – « Ordine e disordini dell’umanitario. Dalla vittima al soggetto politico », Antropologia, Roma, Meltemi, Anno 5, n°5 (dossier « Refugiati »), p. 49-65.

2004 - « La ville, la rue et le commencement de la politique », Multitudes, Paris, 2004, n°17, p. 139-146.

2004 - “De courts instants d’identité. La communauté rituelle dans deux carnavals afro (Brésil, Colombie)”, Systèmes de pensée en Afrique noire, Paris, 2004, n°16, p. 5-27.

2003 – « La ville nue. Des marges de l’urbain aux terrains de l’humanitaire », Annales de la recherche urbaine, Paris, 2003, n°93, p. 57-66.

2003 – « La main gauche de l’Empire. Ordre et désordres de l’humanitaire », Multitudes, Paris, 2003, n°11, p. 67-77.

2002 - “Between War and City. Towards an Urban Anthropology of Refugee Camps”, suivi d’un débat avec Zygmunt Bauman et Liisa Malkki, Ethnography, Londres, Berkeley, Sage, 2002, vol. 3, n°3, p. 317-366.

2002 - “From Local Legends into Globalized Identities. The Devil, the Priest and the Musician in Tumaco”, Journal of Latin American Anthropology, Miami, AAA, 2002, vol. 7, n°2, p. 140-167.

2001 – « Le temps des cultures identitaires. Enquête sur le retour du diable à Tumaco (Pacifique colombien) », L’Homme, Paris, 2001, n°157, p. 87-114.

2001 - “Disturbios identitarios em tempos de globalização”, Mana, Rio de Janeiro, Museu nacional, 2001, vol. 7, n°2, p. 7-34.

Chapitres d’ouvrages collectifs

2010 – « Forced migration and asylum : stateless citizens today », in C. Audebert and M. K. Doraï, Migration in a Globalised World. New Research Issues and Prospects, Amsterdam, Amsterdam University Press, p. 183-190.

2009 – « Violences et déplacements forcés en Colombie. Apprendre à vivre dans la guerre », in Gilles Bataillon et Denis Merklen (dir.), L’expérience des situations limites, Paris, Karthala, 2009, p. 97-109.

2009 – « Pour une anthropologie des prises de parole » (entretien avec Ch. Delory-Momberger) in Christine Delory-Momberger et Christophe Niewiadomsky, Vivre/Survivre. Récits de résistance, Paris, éditions Téraèdre, p. 179-186

2009 – « L’agir politique comme épreuve de la subjectivation », in N. Borgeaud-Garciandia, B. Lautier, R. Penafel et A. Tizziani (dir.), Penser le politique en Amérique latine. La recréation des espaces et des formes du politique, Paris, Karthala, p. 267-271.

2008 – « Les camps du XXIe siècle. Couloirs, sas et frontières de l’exil intérieur », in Terre natale. Ailleurs commence ici (dir. Raymond Depardon et Paul Virilio), Paris, Fondation Cartier, p.237-252. (édition de poche Actes Sud, 2009, p.82-105).

2007 – « Le chaos et les camps. Genèse du gouvernement humanitaire » in Serge Paugam (dir.), Repenser la solidarité. L’apport des sciences sociales, Paris, PUF (Le lien social), p. 797-815.

2006 - “Le gouvernement humanitaire et la politique des réfugiés” in La philosophie déplacée : autour de Jacques Rancière, L. Cornu et P. Vermeren (éds), Actes du Colloque de Cerisy, Bourg-en-Bresse, Horlieu éditions, 2006, pp. 411-428.

2006 – « Race, culture et politique. La construction métisse du mouvement culturel noir à Bahia (Brésil) », in Les diasporas dans le monde contemporain, W. Berthomières & C. Chivallon (dir.), Paris, Bordeaux, Karthala/MSH-Aquitaine, 2006, pp. 271-281.

2005 – « Faire ville aujourd’hui, demain. Réflexions sur le désert, le monde et les espaces précaires » in Liens et lieux de la mobilité, G. Capron, G. Cortes et H. Guetat (dir.), Paris, Éd. Belin, 2005, pp. 167-178.

2002 – « L’art de la différence. Politique de l’identité dans trois carnavals », in D. Cefaï et I. Joseph (coord.), L’héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, éditions de l’aube, p. 395-404.

Autres interventions

2010 – « Couloir d’exil. Un paysage global de camps », Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/, septembre 2010.

2010 – “Camps for foreigners and the corridor of exile : a global landscape”, TransEuropa, n° 9, may 2010, p. 20-21. (http://www.euroalter.com/2010/camps...)

2009 – « On nous a montré les migrants comme des criminels », entretien avec C. Portevin, Télérama.fr, 19 novembre 2009, http://www.telerama.fr/idees/l-anth...

2009 – « La France sous contrôle identitaire ? Une lecture anthropologique », Le Monde.fr,11/11/09,http://www.lemonde.fr/opinions/arti...

2007 - Ouverture du colloque et présidence de la séance « A partir de la France : de la situation coloniale à l’Afrique des banlieues françaises ». Enregistrements audiovisuels (Realplayer) du Colloque international « Les épistémès africaines dans le monde : trois lieux de production des connaissances sur le passé et le présent de l’Afrique ». Paris, Ehess-Ceaf, 21 et 22 juin 2007, Vidéothèque du Réseau académique parisien.

2007 - Intervention de Michel Agier dans les « Débats de l’École » : session « Accéder au terrain : l’enquête face à ses obstacles », thème « Simulation, dissimulation, déplacements », le 24 octobre 2007, Paris, Ehess. Intervention en ligne (audible avec le Realplayer, chargeable sur la même page web).

2006 - “Villes et études urbaines en Afrique : quelles innovations ?” Communication enregistrée. 1ère Rencontre nationale du Réseau des études africaines en France, Paris, CNRS, 29-30 novembre-1er décembre 2006.

Thèmes de recherche

Les recherches ont d’abord été menées dans des grandes villes d’Afrique et d’Amérique latine : Lomé, Douala, Salvador de Bahia, Cali. Les enquêtes se sont déroulées dans des quartiers et milieux sociaux pauvres, marginaux, précaires. Elles ont porté sur les mobilités sociales et la question des identités ethniques et raciales, avec une attention particulière à l’émergence des mouvements culturels urbains (carnavals, fêtes religieuses).

Depuis 2000, enseignements et recherches se sont orientés vers une Anthropologie des déplacements et des nouvelles logiques urbaines. Les enquêtes ont porté sur les espaces de regroupement des personnes déplacées, réfugiées et exilées, d’abord en Colombie puis en Afrique noire : périphéries urbaines accueillant les déplacés internes, camps de réfugiés et de déplacés, zones de transit. Plus récemment, l’accent est mis sur les situations de transit, de passage ou de fixation des migrants et réfugiés. Parcours d’exil et conditions de vie de et dans la migration sont étudiés dans un réseau serré de lieux entre Afrique, Proche-Orient et Europe. Après une enquête (2009-2010) dans plusieurs pays européens sur les établissements précaires des migrants clandestins, la recherche se poursuit au Proche Orient sur les circulations et l’établissement des migrants et réfugiés originaires du Soudan, d’Erythrée ou de Somalie.

Deux aspects conjoints sont analysés et mis en relation : d’une part la production des figures de « l’étranger » dans différents contextes nationaux et urbains ; d’autre part la formation et la stabilisation des marges et des espaces de frontière – camps, zones de transit, occupations urbaines illégales – comme lieux de refuge, et de contextes urbains en devenir. Il s’agit de saisir les déplacements les plus amples et divers de la mondialisation humaine actuelle, et dans ce cadre, l’actualisation de la figure du refuge sous ses formes diverses, jusqu’à celle du ghetto urbain.

Mots-clés : Hors-lieux, exils, refuges, ghettos, communautés, étrangers

Enseignements

Enseignements et séminaires 2010-2011

1. Places, déplacements, frontières. Le décentrement de l’anthropologie (séminaire de direction d’études « Anthropologie des déplacements et nouvelles logiques urbaines », Jeudi de 11 h à 13 h, salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris, du 3 mars 2011 au 9 juin 2011)

2. Enquêtes sur les transformations des guerres, l’humanitaire et l’asile (séminaire du Centre d’Etudes Africaines, avec Remy Bazenguissa-Ganga, Professeur Université Lille 1, et Sami Makki, post-doctorant ANR, Vendredi de 11 h à 13 h, salle de réunion du CEAf, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris, du 5 novembre 2010 au 4 février 2011)

3. Les politiques des sciences (séminaire collectif alternatif, coord. avec M. Barthélémy, R. Descimon, C. Topalov, 2e et 4e jeudis du mois de 17 h à 19 h, salle M. et D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris, du 25 novembre 2010 au 9 juin 2011)

Responsabilités

Participation à la vie scientifique (2010)

Membre du Conseil scientifique du Pôle Afrique des Instituts Français de Recherche à l’étranger (Ministère des Affaires Etrangères, CNRS)

Membre du Comité de Veille Ethique de l’EHESS

Membre du Comité éditorial du réseau TERRA (Travaux, Études et Recherches sur les Réfugiés et l’Asile)

Membre du Comité scientifique du Centre de réflexion sur l’action et les savoirs humanitaires (CRASH, Fondation MSF)

Membre du conseil éditorial international des revues :

  • Humanity (University of Pennsylvania Press, Philadelphia)
  • Ethnography (Sage publications, Londres, Amsterdam)
  • Etnográfica (Centro de Estudos de Antropologia Social, CEAS/ISCTE, Lisboa)
  • Studi culturali (ed. Il Mulino, Bologna)
  • Latin American & Caribbean Ethnic Studies (University of California, San Diego)