Réseau scientifique de recherche et de publication

[TERRA- Quotidien]
Accueil > Recueil Alexandries > Collections > Livres choisis > Les Aït Ayad - La circulation migratoire des Marocains (...)
liste des ouvrages

Livres choisis

Recueil Alexandries

< 50/77 >

mars 2009

Chadia Arab

Les Aït Ayad - La circulation migratoire des Marocains entre la France, l’Espagne et l’Italie

Pages : 358 - Format : 16,5cm x 24cm x 2,1cm - Prix : 20 €

PUR

9978-2-7535-0780-7

| Site de l’éditeur |

à lire sur Terra

Un chapitre

Chapitre 5

à propos

Chapitre publié en ligne avec l’aimable autorisation de l’auteur et de l’éditeur. Copyright © 2009 PUR

présentation de l'éditeur

Le livre de Chadia Arab raconte une histoire : celle des Ait Ayad et de leurs migrations.

L’histoire d’une population qui ne peut se comprendre à une échelle micro-locale, mais seulement en changeant d’échelle et en la replaçant dans un contexte mondialisé. L’ouvrage analyse la construction d’un espace migratoire tel qu’il se forme entre le Maroc et l’Europe, en suivant des itinéraires migratoires d’une population depuis son espace de départ, Beni Ayatt près de Beni Mellal, jusqu’à ses multiples destinations en Europe.

Cette approche porte une attention particulière à la manière dont s’organise une filière migratoire, celle de la confédération tribale des Ait Ayad, population berbérophone du Moyen Atlas marocain. Elle s’intéresse à leurs mobilités dans l’espace et le temps. Il s’agit ainsi de rendre intelligible la complexité des différents champs migratoires créés par les Ait Ayad des années 1960 à aujourd’hui. Ces champs se sont structurés à des périodes historiques distinctes, et ils aboutissent à des relations spatiales différentiées.

Des années 1960 aux années 1980, se constituent ainsi les champs migratoires vers la France essentiellement entre Angers, Dijon et Lunel, puis, à partir des années 1990 vers l’Italie entre Bergame, Lecco, Milan et quelques années plus tard vers l’Espagne entre Lorca, Villajoyosa, Almeria.. Ces parcours sont révélateurs de nouvelles formes de migrations internationales, qu’on ne peut plus concevoir comme statiques mais au contraire prenant forme dans une société en mouvement.

Les circulants, chez les Ait Ayad, ont diversifié les pôles d’arrivée. Leur espace migratoire s’est donc complexifié à travers le temps et les territoires migratoires et grâce aux circulations des individus.

Chadia Arab, géographe, a soutenu à l’université de Poitiers au laboratoire MIGRINTER la thèse dont est tiré ce livre. Elle a été accueillie au centre Jacques Berque en sciences humaines et sociales de Rabat durant trois années en tant que boursière du ministère des Affaires étrangères français. Elle poursuit ses recherches sur la migration féminine marocaine vers les pays d’Europe méditerranéenne et les pays du Golfe arabe.

Mots clefs

.

Table des matières

.

TABLE DES MATIÈRES

PRÉFACE D’ALAIN TARRIUS ... 7

INTRODUCTION ... 11
Itinéraire d’un choix du sujet ... 15
Itinéraire d’un parcours d’enquête de terrain ...... 16
Itinéraire d’une problématique de recherche ......... 19
L’approche méthodologique et les outils utilisés sur le terrain :
une démarche qualitative 21
Une approche spatiale de la migration : une étude statistique
et une démarche quantitative et cartographique de l’objet de recherche . 23

Première partie
Le champ migratoire des Aït Ayad en France

CHAPITRE I
FILIÈRE, CHAMP, RÉSEAUX MIGRATOIRES –
ÉLÉMENTS STRUCTURANT L’ESPACE MIGRATOIRE 27
Les concepts de fi lière et champ migratoire 27
La fi lière migratoire .......... 28
La notion de champ migratoire ...... 29
Qu’est ce qu’un réseau ? ... 30
Apparition du concept de réseau et défi nition ........ 31
Comment le réseau existe-t-il et à quoi sert-il ? ...... 32
Analyses critiques de l’approche classique
et nouvelles approches des réseaux ......... 33
Espace migratoire et espace relationnel : création de nouveaux territoires ...... 36
Filières, champs et réseaux : des éléments qui structurent l’espace migratoire .......... 39

CHAPITRE II
ESPACE HUMAIN DES AÏT AYAD AU MAROC
SITUATION GÉOGRAPHIQUE, ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET MIGRATOIRE .... 41
Géographie de l’espace de départ, un pays de contrastes ....... 41
La situation géographique de la commune de Beni Ayatt ..... 41
Les infrastructures de la commune .......... 46
Les activités économiques ....... 47
Une population aux origines diffi cilement identifi ables ........ 51
Beni Ayatt, au coeur du « triangle migratoire » . 55
Beni Ayatt, un pays de paradoxes ..... 62

CHAPITRE III
ORGANISATION DES FILIÈRES MIGRATOIRES EN FRANCE,
ENTRE ANGERS, DIJON ET LUNEL ......... 63
Installation des Aït Ayad à Angers dans les années 1960 : le rôle des réseaux ....... 64
Installation de la communauté masculine à Angers ....... 64
De nouvelles migrations qui recomposent le champ migratoire .. 73
Les autres fi lières migratoires. De Beni Ayatt à Dijon et Lunel ... 78
Dijon, pôle d’installation de l’espace migratoire des Aït Ayad ...... 78
Comment les Aït Ayad s’installent-ils à Lunel ?
Nouveau pôle d’installation .... 79
Des installations différentes selon les villes d’arrivée des Aït Ayad ......... 87

CHAPITRE IV
CONSTRUCTION D’UN ESPACE DE L’ENTRE DEUX, ENTRE BENI AYATT ET ANGERS .... 89
Création d’un territoire des Aït Ayad à Angers .. 90
Portrait migratoire de la ville d’Angers . 90
Les Aït Ayad à Angers et leurs espaces de résidence .. 101
Comment les Aït Ayad participent-ils
à la création d’un territoire à Angers ? 109
Comment la migration des Aït Ayad joue-t-elle
sur l’évolution de l’espace de départ, Beni Ayatt ?
..... 117
Les investissements visibles à Beni Ayatt et au Maroc en général :
la construction de maisons .... 117
Des investissements différenciés suivant les générations ...... 119
Impact fi nancier ... 125
Évolutions spatiales ....... 128
Migration et développement .......... 130
Les territoires de l’espace de l’entre deux .. 131
L’espace de l’entre deux. Vers de nouvelles notions .... 131
L’espace de l’entre deux des Aït Ayad . 133
L’espace de l’entre deux, résultat d’un champ migratoire .... 140
Deuxième partie
Émergence de nouveaux pôles d’arrivée de l’Espagne à l’Italie

CHAPITRE V
UN NOUVEAU CONTEXTE SPATIAL EUROPÉEN
UN NOUVEL ESPACE MIGRATOIRE POUR LES MAROCAINS .... 143
Un nouveau contexte pour l’entrée et le séjour dans les pays européens :
le « Schengenland »
......... 144
La mise en place de l’espace Schengen .......... 144
Nouveau contexte migratoire pour le Maroc :
de nouvelles destinations d’émigration .......... 149
Un nouveau profi l de migrant, de nouvelles pratiques migratoires (le hrague) .... 153
Évolution des chiffres des migrants,
diversifi cation des nationalités et des points de passage ....... 153
Du migrant des années 1960 vers la France
au migrant des années 1990 vers l’Espagne et l’Italie . 155
« Brûler les frontières » ou la pratique du hrague . 156

CHAPITRE VI
L’ESPAGNE, ESPACE DE TRANSIT ET D’INSTALLATION POUR LES AÏT AYAD . 165
La population marocaine résidant en Espagne,
localisation géographique, caractéristiques économiques et sociales
...... 165
Les Marocains : première communauté en Espagne .. 165
Les Marocains en Espagne – une population concentrée
dans trois régions : Andalousie, Madrid, Catalogne ... 168
Des secteurs de prédilection : agriculture et services ... 170
Les villes de transit et d’installation des Aït Ayad en Espagne ... 173
Lorca : nouveau pôle d’installation pour les Marocains ....... 174
Villajoyosa, petite communauté des Oulad Bourhmoune .. 183
Les modalités de la circulation migratoire en Espagne ....... 190
La ville-étape de Rute : la cueillette des olives .... 190
La circulation : une réponse à la recherche de travail.
Le cas des « temporadas  » ....... 192
Une stratégie de circulation et d’installation
liée à la régularisation des migrants ..... 195
Les Aït Ayad « brûleuses » de frontières .. 198
L’apparition d’une nouvelle fi gure de la femme migrante .. 198
L’exemple de Maria,
pharmacienne au Maroc puis immigrée à Murcie ....... 200
Le cas de Samira :
du mariage forcé au Maroc au mariage blanc en Espagne 201
Fatima, la « brûleuse » de frontières ..... 205
L’Espagne, une destination importante pour les Aït Ayad en migration ...... 209

CHAPITRE VII
L’ITALIE, UNE AUTRE DIMENSION DE LA MIGRATION DES AÏT AYAD ..... 211
Les Marocains d’Italie : situation géographique, économique et sociale ......... 211
Les Marocains : troisième population étrangère d’Italie ...... 211
Une population concentrée en Italie du Nord ...... 214
La Lombardie, région d’installation des Aït Ayad en Italie ........ 216
Les Marocains en Lombardie ........ 216
Bergame : nouveau pôle d’installation pour les Aït Ayad ... 218
Brescia, autre ville d’installation .. 226
La Spezia : construction d’un nouveau pôle pour les Aït Ayad grâce à Mohamed .... 229
Mohamed, créateur d’un pôle d’ancrage à La Spezia
pour les Aït Ayad 229
Les autres migrants de La Spezia : Hamza et Mohamed,
des jeunes migrants à la recherche d’un ailleurs meilleur ... 232
La migration continue : le trajet en car, de Fkih Ben Salah à Milan .......... 237
Un trajet plein d’imprévus ... 237
Entre l’Espagne et l’Italie ...... 240
Les Aït Ayad en Italie, entre stabilisation et circulation ... 242
L’Espagne et l’Italie : des pays de transit et d’installation pour les Aït Ayad ....... 243

Troisième partie
Complexifi cation de l’espace migratoire.
Vers de nouvelles formes de circulations migratoires

CHAPITRE VIII
DE LA CIRCULATION MIGRATOIRE
À LA CONSTRUCTION DE TERRITOIRES CIRCULATOIRES
COMMENT CIRCULER AUJOURD’HUI QUAND ON EST MAROCAIN ? .......... 249
Les notions de circulation migratoire et de territoire circulatoire ......... 249
La circulation migratoire,
un outil permettant de mieux comprendre les migrations actuelles ... 249
Du territoire au territoire circulatoire .. 251
Les circulations migratoires des Aït Ayad .......... 254
En quête de sédentarisation, le parcours migratoire de Salah le nomade.
Entre nomadisme prolongé et sédentarisation inachevée ... 255
Les circulations migratoires de Mohamed
ou l’intelligence du savoir-migrer .......... 264
Quand les anciens migrants aident les nouveaux circulants
dans leurs mobilités, l’exemple de Mustapha ou le jeu des réseaux ... 270
Mounir, le diplômé-nomade 276
Le mobile-assigné, ou les routes migratoires de Marouane .......... 280
Des circulations migratoires qui font apparaître de nouvelles fi gures de migrants ... 287

CHAPITRE IX
TYPOLOGIE DES NOUVELLES FIGURES MIGRATOIRES ÉMERGENTES
CHEZ LES MAROCAINS ET CRÉATION D’UN ESPACE MIGRATOIRE INTERNATIONAL .... 289
Les différentes fi gures de migrants et leur rapport au territoire .. 291
Les errants ..... 291
Les nomades et leur territoire ....... 293
Les diasporiques ... 295
Le migrant connecté ....... 297
Les fi gures des harragas et des mobile-assignés .......... 301
Des passe-frontières aux brûle-frontières, les harragas 301
Les mobile-assignés (à résidence) .......... 303
L’espace migratoire international des Aït Ayad .......... 306
De la migration à la circulation migratoire .. 312
La circulation migratoire, élément structurant l’espace migratoire ...... 313

CONCLUSION ..... 315
POSTFACE D’EMMANUEL MA MUNG ET CHRISTIAN PIHET 325
BIBLIOGRAPHIE ......... 329
TABLE DES ILLUSTRATIONS ......... 349

Chapitre choisi

Chapitre VI

L’ESPAGNE, ESPACE DE TRANSIT ET D’INSTALLATION POUR LES AÏT AYAD

LA POPULATION MAROCAINE RÉSIDANT EN ESPAGNE, LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE, CARACTÉRISTIQUES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES

La décennie 1990-2000 a été marquée par le fait que l’Espagne est devenue terre d’accueil des ressortissants étrangers, avec le Maroc comme principal pays émissaire. Les Marocains résidant en Espagne constituent plus de 6 % de l’ensemble de la communauté marocaine résidant à l’étranger, dont l’effectif global est de deux millions [1]. De surcroît, la part des Marocains sur l’ensemble des effectifs étrangers résidants en Espagne s’est considérablement accrue puisqu’elle est passée de 4 % en 1990 à 22 % en 2000. Dans ce premier changement, la diversification des lieux d’origine est perceptible.

Les Marocains : première communauté en Espagne

Les foyers de départ : régions périphériques et Tadla-Azilal

L’émigration des régions de la périphérie du Maroc vers l’Espagne prédomine clairement, alors que les régions du centre du Maroc (excepté le Tadla-Azilal) sont sous-représentées (source statistiques consulaires, dans Lopez Garcia, 2003 ; cf. Carte 19). Les anciennes régions émettrices de migrants, comme la zone sud, sont aujourd’hui très peu marquées par le fait migratoire vers l’Espagne. La province de Beni Mellal est de loin, celle qui a connu la plus forte croissance des flux dans les années 1990. Les provinces de l’ancien protectorat et les zones de la région orientale [2] et de l’Atlas occupent une part très importante dans ce nouveau champ migratoire entre le Maroc et l’Espagne. Cela correspond au profi l de la nouvelle émigration marocaine et donc aussi au profi l des régions réceptrices de l’immigration en Espagne. (...) - Lire la suite au format PDF :

PDF - 3.6 Mo
Chapitre 5

NOTES

[1] Ce chiffre est sujet à caution. Aucun organisme ne semble être en mesure actuellement de donner un chiffre proche de la réalité quantitative des Marocains résidant à l’étranger. En 1997, le ministère marocain des Affaires étrangères et de la Coopération estimait le nombre des Marocains résidant à l’étranger à 1 918 077, dont 119 422 en Espagne.

[2] La région orientale du Maroc est une zone périphérique, enclavée et en crise, avec une émigration forte et récente. Outre les circonstances structurelles présentes sur l’ensemble du territoire du Maghreb, cette zone traverse des crises conjoncturelles parmi lesquelles il faut noter la fermeture de la frontière avec l’Algérie (depuis 1994), qui est particulièrement néfaste dans cette région de transit ; la forte sécheresse qui a marqué le territoire au milieu des années 1990 ; ou la fermeture de nombreuses mines de la région. Ces circonstances font que dans les années 1990, la zone orientale s’est transformée en un pôle supplémentaire de l’émigration marocaine (2003, D. Sempere).